Les courbatures musculaires : Comment les comprendre ?

468x60-mp-wk12-jb-10off-fr
musculation,fitness, l'origine des courbatures

Courbatures : Les origines du mal

Comprendre l’origine des courbatures

Lors d’un entraînement de musculation intense, des micro-traumatismes sont causés, ce qui donne lieu à une inflammation et à des fuites de calcium intracellulaire.

L’inflammation, comme les fuites de calcium intracellulaire sont toxiques pour les tissus musculaires.
Leur propagation se faisant lentement, cela explique bien la raison pour laquelle les courbatures n’arrivent pas tout de suite après votre séance de musculation, mais 1 ou 2 jours après.

Signe d’un gain musculaire ?

Les courbatures sont-elles signes d’un accroissement musculaire à venir ?

Il existe plusieurs types de courbatures, certaines sont signes de gains musculaires et d’autres ne le pas, ou moins.

Si vous ressentez la courbature dans le centre du muscle, en son « coeur », elle a toutes les chances d’être annonciatrice de gains musculaires.
À l’opposé, si la courbature se focalise à la jonction du muscle et du tendon, elle sera bien moins « efficace » en matière de croissance musculaire.

Pour autant l’absence de courbature ne signifie pas que la séance n’est pas productive, et ne veut pas dire que les signaux d’hypertrophie musculaire l’ont pas été au rendez-vous.

Certaines courbatures quant à elles sont causées par un étirement inhabituel, souvent causé par l’arrivée d’un nouvel exercice dans votre programme.

Cet étirement endommagera les fibres, ce qui aura pour effet de vous donner (assez rapidement cette fois) ces fameuses courbatures souvent localisées à la jonction tendon-muscle.

Sur les prochaines séances, ce même exercice procurera bien moins de courbatures.

Les courbatures causées par un étirement inhabituel n’auront que peu de résultats sur le gain musculaire.

Charges libres VS Machines

Il y a aussi une très grande différence entre la résistance d’une machine (ou l’utilisation de poids libres celle procurée par l’utilisation de poids libres (haltères et barres).
Si vous avez l’habitude de vous entraîner sur des machines et que vous passez aux poids libres il y a de très fortes chances que vous ressentiez des courbatures que vous n’avez pas l’habitude de rencontrer.

Elles sont dues à la différence de résistance.
Sur une machine vous avez une résistance linéaire qui ne change pas durant toute la répétition, tandis que les poids libres offrent une résistance disparate.

Lorsque vous faites du curl à la barre pour les biceps par exemple, la charge, même si elle reste la même sur la barre n’est pas supportée de la même manière pendant toute la répétition…

Je m’explique :
lors du début de la phase positive (la montée de la barre) le mouvement sera facile, puis la difficulté grandira au fur et a mesure que vos bras rejoindront la position parallèle au sol… Et redeviendra plus facile à lever une fois cette parallèle dépassée.

Ce « changement » de difficulté au sein d’une répétition est traumatisant pour le muscle et occasionne donc des courbatures que les machines ne procurent pas.

Même si ce type de courbatures est très temporaire, il n’en demeure pas moins assez productif en matière de croissance musculaire.

Les répétitions négatives

Vous l’avez peut-être déjà lu dans un autre de mes articles, nous avons plus de force en négatif qu’en positif.
Pour résumer, si nous sommes capables de soulever 100 kg au maximum, nous avons toutes les chances d’être assez fort pour en retenir 110 kg.

Le fait de faire des séries en négatives accentuées vous garantit de bonnes courbatures situées non seulement à la jonction muscle-tendon mais aussi dans le cœur du muscle.
Les courbatures causées par l’entraînement avec des négatives intenses mettront plus de temps à se dissiper.

La brûlure musculaire

Lors, par exemple de séries en dégressives, une sensation de brûlure envahit les muscles.
Cette brûlure musculaire est causée par l’acide lactique.
Si cet acide est présent dans une certaine quantité, une « attaque » les fibres musculaires et donne des courbatures causées par des traumatismes chimiques.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, lorsque les courbatures se feront ressentirent, l’acide lactique lui ne sera plus présent depuis déjà longtemps.
Ce type de courbature arrive de manière rapide et disparaît plus rapidement que les courbatures dues aux négatives accentuées.

Les courbatures se focaliseront bien au cœur du muscle, ce qui fait d’elles des courbatures très intéressantes pour le gain musculaire.
Les séries dégressives, les giants-sets, les séries de 100 répétitions …sont autant de moyen d’obtenir cette brûlure.

La contraction intense

Lors de la contraction musculaire, le muscle subit une « déformation », ce qui provoque une « riposte anabolique ».
Plus la déformation est forte plus la riposte anabolique le sera également.
Ce phénomène s’appelle la « mécano-transduction ».
(le signal mécanique est ainsi transformé en signal chimique).
Lorsque l’on arrive à obtenir une contraction si intense qu’une courbature est provoquée, c’est signe de la productivité de l’entraînement en matière de gain musculaire.
Cette courbature sera très souvent centré au cœur du muscle.
Impact Whey

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*